Retrouvez-nous le 14/04 pour notre Webinar "Quelle démarche pour votre stratégie de gestion de données ?". Je m'inscris

✖︎
Digora blog

Oracle Open World 2014 - Keynote de Thomas Kurian - 30/9/2014

02/10/2014
A trier

Voici une traduction avec photographies de la quasi totalité de la Keynote de Thomas Kurianprésentée le 30/9/2014 à Oracle Open World, sous le thème "Cloud Services for the Modern Enterprise".

Il nous semble que cette keynote est la plus importante de toutes les keynotes présentées lors de cette édition 2014 d'Oracle Open World.

Le fait de la mettre à disposition en français et par écrit, avec illustrations, la rendra accessible au plus grand nombre et permettra d'en prendre connaissance sans devoir rester 1h et 6 minutes derrière  son écran.

Keynote de Thomas Kurian

oow14-keynote-20140930-01

Je souhaite vous informer sur les nouveautés majeures de l'offre produit Oracle, de tous les projets de développement sur lesquels nous travaillons aujourd'hui.

Il y a 5 tendances majeures qui influent la façon de faire du Business dans le monde aujourd'hui. Le Business s'effectue actuellement de façon globale, avec la connexion de toutes les entreprises à l'Internet.

oow14-keynote-20140930-02

Mobilité : Aujourd'hui, 87% de la population mondiale a accès à Internet, que ce soit à travers les Smartphones, les tablettes ou les PC. Cette situation conduit à de grands changements dans les composants utilisés.

Tout d'abord, la quantité de données générées ! Plus de données ont été créées dans les deux dernières années que dans toute l'histoire de l'industrie informatique. Et cette croissance continue de façon spectaculaire. Les gens veulent pouvoir se connecter sur leur systèmes, sur leurs applications existantes avec leur appareils mobiles. Et ils ont besoin d'une plate-forme, d'une plate-forme basée sur le Cloud, qui leur fournit une grande agilité et vitesse pour pouvoir répondre à cette demande.

Aujourd'hui, nous allons parler de 3 catégories de logiciels très importants proposés par Oracle :

  • Big Data, Analytic Tools, Database
  • Une nouvelle gamme de technologies que nous introduisons pour les appareils mobiles
  • Une nouvelle série d'innovations pour les Databases et le Middleware pour leur permettre de passer au Cloud

Oracle Big Data Analytics

oow14-keynote-20140930-03

Nous avons 3 objectifs :

  1. Permettre de stocker, gérer et analyser des données structurées et non structurées ensemble
  2. Fournir un ensemble d'outils visuels, très faciles à utiliser, permettant d'analyser les données stockées en mode structuré (relationnel), mais aussi explorer et trouver les tendances des données ("patterns")  en mode non structuré (Hadoop),
  3. Fournir un accès rapide pour explorer les données en utilisant la technologie en mémoire

Donc, la vision est simple. Nos clients utilisent plusieurs types de données : des données liées à des événements, des données venant de réseaux sociaux et des données issues de l'entreprise. Ces données sont alors stockées dans ce qui est appelé des "lacs de données" (Data Lakes), dans Hadoop. A partir de là vous pouvez traiter ces données à travers ce qui est appelé "Data Factory" : vous agrégez les données, vous nettoyez les données. Nous vous vous fournissons des outils pour faire cela. Puis, vous mettez les données dans un Datawarehouse. Ces outils ne sont pas supportés...

( voir http://www.decideo.fr/Le-concept-de-data-lake-lac-de-donnees-explication-de-texte_a6976.html )

oow14-keynote-20140930-04

Vous pouvez aussi vouloir explorer les données qui sont dans Hadoop, et vous ne savez pas quels tendances ou corrélations vous pouvez trouver dans les données stockées. Nous vous fournissons une nouvelle gamme d'outils, annoncés à l'occasion d'Open World : Oracle Big Data Discovery, pour vous permettre d'explorer et de trouver les tendances ou anomalies à partir des données.

Examinons cela plus en détails.

oow14-keynote-20140930-05

Premièrement, pour accéder aux données relationnelles, deux points importants :

1. Oracle In Memory Database.

    • C'est la seule base de données existante qui permet à la fois d'effectuer des traitements transactionnels et des traitements analytiques très rapidement sur le même système,
    • Cela est possible sans faire le moindre changement dans l'application. Donc toutes les applications existantes peuvent utiliser cette base de façon très rapide,
    • Cette solution utilise des instructions optimisées, codées dans le processeur, tout en permettant le fonctionnement en mode Cluster pour apporter fiabilité et évolutivité. Le tout en travaillant à la vitesse de la mémoire RAM !

2. Une nouvelle gamme d'outils pour visualiser les données, car quand on peut calculer à la vitesse de la mémoire, on veut aussi changer la méthode de visualisation des données. Nous allons présenter dans quelques minutes une nouvelle gamme d'outils pour visualiser et analyser les données. Vous pouvez prendre vos propres données et vos tableurs, les intégrer en mémoire au format MOLAP, pour in fine les analyser  sous toutes les dimensions.

Pour les données transactionnelles, nous certifions toutes nos suites applicatives : E-Business Suite, Peoplesoft, JDE, Siebel, Hyperion, ...

Voici certains chiffres montrant les gains obtenus avec Oracle In-Memory :

oow14-keynote-20140930-06

Le module Oracle EBS Cost management va 1003 fois plus vite. Un calcul qui durait 25 heures dure maintenant 1 minute.

(voir les autres facteurs de gain sur la photo).

Et tout cela, sans changer quoi que ce soit  aux applications.

Voyons maintenant le résultat lié à l'association d'Oracle In-Memory et d'Oracle Visual Analytics.

Tout d'abord, examinons l'apport d'Oracle In-Memory, en le démontrant avec SQL Developper, pour manipuler des traitements SQL très complexes.

Examinons une table contenant les ventes d'une chaîne de magasins. Dans l'écran ci-dessous, nous voyons une table avec 6 milliards de transaction de ventes.

oow14-keynote-20140930-07

Comme vous l'imaginez, des requêtes lancées sur une telle table prennent beaucoup de temps habituellement.

Dans ce second onglet, vous pouvez voir une requête classique, qui prend 5 minutes pour ramener 50 lignes.

oow14-keynote-20140930-08

Supposez que vous soyez un utilisateur d'outils décisionnels et que vous ayez à attendre 5 minutes ... Dans le passé, pour éviter cette attente, il fallait entreprendre une démarche d'optimisation, ajouter des index, consolider les données... Avec Oracle In-Memory Database, les choses changent complètement.

Dans l'écran suivant, vous pouvez voir les quelques instructions qui vont tout changer :

oow14-keynote-20140930-09

Exécutions ces instructions, puis relançons la requête précédente.

oow14-keynote-20140930-10

Le résultat en 1,4 seconde ! Au lieu de 5 mn... Trois cents fois plus vite...

Maintenant que nous avons une telle puissance sous le pied, voyons ce que nous pouvons en retirer...

oow14-keynote-20140930-11

Notre équipe Décisionnel travaille actuellement sur un nouvel outil capable d'exploiter cette puissance dans une approche de BI Discovery.

Examinons ce même jeu de données.

A gauche, nous voyons la liste des schémas disponibles, contenant différents aspects d'une application de CRM et de ventes.

Au milieu, vous pouvez définir la configuration que vous obtenez.

En haut, vous avez une indication sur les volumes manipulés.

Et au centre vous voyez les données obtenues.

oow14-keynote-20140930-12

Démarrons une nouvelle analyse en choisissant au centre un format d'affichage :

oow14-keynote-20140930-13

REMARQUE : NOUS N'AVONS PAS REPRIS LE TEXTE COMPLET ET TOUTES LES IMAGES DEMONTRANT TOUT L'ASPECT DYNAMIQUE ET INTUITIF AINSI QUE LA RAPIDITE D'AFFICHAGE DES RESULTATS AU FUR ET A MESURE DE LA DEFINITION DU GRAPHIQUE, NI LA RICHESSE ET LA PUISSANCE DE CE NOUVEL OUTIL...

(position du début dans la Keynote : environ 9 ème minute)

oow14-keynote-20140930-15

Si les données sont dans Hadoop et non dans In-Memory Database, nous voulons mentionner quelques points importants d'Oracle Analytics.

Tout d'abord, nous devons introduire Big Data SQL.

oow14-keynote-20140930-16

Qu'est ce que Big Data SQL ?

Tout en stockant des données dans Hadoop (dans un stockage non SQL) et d'autres données dans une base Oracle relationnelle, vous pouvez vouloir effectuer une jointure avec du SQL standard et ainsi permettre à vos utilisateurs d'accéder aux données Hadoop.

Les utilisateurs peuvent avoir peur d'accéder aux données dans Hadoop, pensant qu'ils vont devoir utiliser MAP-REDUCE. Les utilisateurs fonctionnels n'ont pas envie de toucher à MAP-REDUCE...

Ils peuvent désormais utiliser un nouvel outil Oracle : Big Data Discovery, qui procure un aspect visuel à Hadoop. Il permet de naviguer dans les données, les profile, les explore, les analyse et effectue des corrélations. Nous allons examiner cet outil dans quelques minutes.

En considérant les deux approches : le Big Data SQL et l'optimisation de performance avec le Query Off Loading disponible dans Big Data Appliance, nous pouvons associer Oracle In Memory Database et Oracle Business Intelligence vu précédemment dans Oracle Exalytics.

Un autre point important maintenant. Pour les clients qui ont une ligne de Business Users dans des départements, nous présentons une offre dans Oracle Cloud regroupant les fonctionnalités que nous venons de voir, dans l'offre Analytics Cloud.

oow14-keynote-20140930-17

Si vous avez des utilisateurs à qui vous voulez mettre à disposition un Datamart et Business Analytics, vous n'avez qu'à aller dans cloud.oracle.com, accèder à Oracle Database 11 ou 12 et accèder à Oracle BI. Vous pouvez faire de même avec Hadoop et Oracle Big Data Discovery Tool.

Vous pouvez disposer des mêmes technologies dans une offre pré-packagée Big Data Analytics sur toutes les applications SaaS Oracle.

oow14-keynote-20140930-18

Aujourd'hui 2 millions d'utilisateurs utilisent notre Cloud se servent de nos application en SaaS avec l'offre Service, Marketing, HR...

Passons à une démonstration de notre offre Big Data Analytics...

oow14-keynote-20140930-19

Hadoop offre des fonctionnalités intéressantes mais l'écriture de code est laborieuse et fait peur à beaucoup. Examinons comment Big Data Analysis simplifie la vie...

La fonctionnalité Visual Face présente les données Hadoop sous forme de catalogue.

oow14-keynote-20140930-20

 Le système examine et met à jour le catalogue automatiquement en fonction du contenu.

Choisissons un des Data Sets présents dans Hadoop : le comportement des clients dans le web_purchase_logs :

oow14-keynote-20140930-21

Chaque graphique présente un attribut et le système affiche automatiquement les attributs le plus importants.

Avec cette représentation, vous pouvez rapidement déterminer la tendance de vos données : comment sont distribuées les données, où il manque des données.

Vous pouvez ici afficher automatiquement une carte avec des liens entre vos données.

oow14-keynote-20140930-22

Le système est interactif et vous permet d'agir par exemple en zoomant sur la Californie et d'analyser la répartition géographique des acheteurs...

oow14-keynote-20140930-23

Il est possible aussi, par exemple, d'examiner la répartition des navigateurs Internet utilisés par les clients et par là d'en déduire le périphérique avec lequel ils se sont connectés (type de smartphone, PC, etc...) :

oow14-keynote-20140930-24

Un menu permet de modifier différentes options d'affichage :

oow14-keynote-20140930-25

L'interface permet de définir des groupes et les éléments par groupe :

oow14-keynote-20140930-26Un fois les regroupements définis, vous pouvez faire une sélection sur un des groupes, et afficher les données avec mise en valeur par couleur sur un autre attribut. Ex : sélection sur les connexions par mobile et visualisation des échecs de communication :

oow14-keynote-20140930-26b

Une analyse plus fine des données stockée dans Hadoop est rendue possible aux analystes de l'entreprise sans développements particuliers :

oow14-keynote-20140930-27

Avec Big Data SQL, vous pouvez accéder à toute information, qu'elle soit stockée dans une base relationnelle Oracle ou dans Hadoop.

oow14-keynote-20140930-29

La dernière version de la base de données Oracle 12.1.0.2 supporte la syntaxe JSON, utilisée ici pour accéder à des données Hadoop :

oow14-keynote-20140930-30

Par contre, il se pose des questions de sécurité : le nom du client est en clair !

Avec Oracle 12c, nous disposons d'une fonctionnalité  permettant de masquer les données en fonction d'une politique de sécurité :

oow14-keynote-20140930-31

Oracle permet de sécuriser les accès à Hadoop en définissant également des procédures de masquage :

oow14-keynote-20140930-32

En appliquant cette politique de sécurité, les données sensibles deviennent protégées et masquées :

oow14-keynote-20140930-33

Oracle Big Data SQL permet d'effectuer des requêtes jointure entre des tables stockées dans des tables Oracle d'une part, et des données stockées dans Hadoop d'autre part.

Partie 1 : clause WITH pour les tables du Datawarehouse

oow14-keynote-20140930-34

Partie 2 : clause WITH pour les données tirées de Hadoop

oow14-keynote-20140930-35

Partie 3 : jointure entre les 2 parties de la clause WITH ci-dessus :

oow14-keynote-20140930-36

En conclusion : accès aux données Oracle Database et Hadoop avec Big Data SQL et gestion identique de la sécurité par Oracle Redaction.

oow14-keynote-20140930-37

Oracle Mobile Strategy

Abordons maintenant l'aspect suivant : utilisation d'applications à travers les appareils mobiles.

oow14-keynote-20140930-38Vous avez acquis toutes ces applications : BI Analytics, toutes les applications packagées. Vous voulez pouvoir les utiliser sur les appareils mobiles.

Nous faisons 3 choses importantes :

  • nous offrons la possibilité, pour des applications sur mesure en Java ou .Net, des applications packagées Oracle et des Cloud Apps d'Oracle, de leur donner un accès à travers un catalogue REST,
  • nous mettons en œuvre une nouvelle fonctionnalité appelée Oracle Mobile Cloud Services qui vous permet, partir de REST, d'utiliser les services définis dans REST pour développer des applications mobiles pour différents OS et plateformes mobiles (iOS, Android, smartphones, petites tablettes, grandes tablettes, etc...)
  • nous fournissons un contrôle d'accès et des procédures de sécurité pour ces applications de façon à ce que la méthode d'authentification SSO puisse être utilisée; si vous perdez votre téléphone, les données peuvent être encryptées, ou supprimées à distance

oow14-keynote-20140930-38b

Examinons 3 fonctionnalités, 3 composants importants d'un framework de développement pour appareils mobiles :

oow14-keynote-20140930-39

Le Mobile App Framework  Il s'agit d'un mécanisme déclaratif, automatisé de développement d'applications pour téléphones. Le point important est qu'il utilise un code unique, optimisé à la fois pour iOS et Android, contenant des fonctionnalités uniques permettant de générer du code adapté à de multiples téléphones et tablettes. Cela simplifie le développement d'applications mobiles.

Le Mobile Cloud Service. Il s'agit du Back End pour les mobiles. Il définit des APIs, les partage pour les périphériques, l'écriture de logs locaux, fait un monitoring sur l'utilisation du périphérique et optimise le ressenti utilisateur.

L'aspect Mobile Security couvre deux points importants :  il est important qu'un utilisateur accédant à la même application soit à partir de son PC, soit à partir de son mobile, puisse utiliser la même authentification. Nous fournissons un container de sécurité qui s'exécute sur le périphérique et protège vos propres données présentes sur votre périphérique de façon à s'assurer qu'il n'y aura pas vol de données sur votre périphérique.

Nous utilisons cette infrastructure pour bâtir des applications accédant à Peoplesoft, à E-Business Suite, à Hyperion et à d'autres applications telles que JDEdwards, etc...

oow14-keynote-20140930-40

Ce que nous offrons à nos utilisateurs est une plate-forme de bout en bout de développement et c'est la même plate-forme que nous utilisons en interne.

Examinons cette plate-forme de développement.

oow14-keynote-20140930-41

L'exemple choisi est une application de gestions d'opportunités avec pour chacune un écran de détails.

Nous avons développé cette applications avec le Mobile Cloud Service et la sécurité est gérée par Mobile Security Suite.

REMARQUE : LE DETAIL DE CETTE DEMONSTRATION N'A PAS ETE INCORPORE DANS CE BILLET. VOIR LA KEYNOTE EN ONDEMAND A PARTIR DE 29MN.

Oracle Cloud IaaS, PaaS

Parlons maintenant d'autres couches liées au Cloud :

oow14-keynote-20140930-42

Reprenons ces points un par un.

Infrastructure as a Service (IaaS) :

oow14-keynote-20140930-43

Il s'agit du Cloud Oracle pour l'Elastic Block Storage, l'Elastic Object Storage, l'Elastic Compute et l'authentification à partir d'un système centralisé pour toutes les solutions Cloud.

Abordons quelques cas :

oow14-keynote-20140930-44

Le service Object Storage permet d'avoir plusieurs niveaux de stockage pour les sauvegardes et les archives dans le Cloud.

Ainsi, vous pouvez effectuer vos sauvegardes avec RMAN en précisant l'option incrémentale dans le service de stockage.

Pourquoi est-si important d'avoir 2 ou 3 couches dans ce service ? Tout d'abord, il y a le Global Namespace. Vous n'êtes pas obligés de définir le niveau de mirroring ni les sauvegardes unitairement mais il suffit de définir le niveau de protection souhaité, par la spécification d'une politique définie à l'avance. Cela est très différente des autres fournisseurs de stockage.

Vous pouvez également définir le niveau de CPU souhaité avec la fonctionnalité Elastic Compute.

Vous pouvez enfin utiliser des adresses réseau avec l'Elastic Network.

Le tout sous forme de souscription.

 Platform as a Service

Au dessus de la couche Infrastructure as a Service, nous avons construit l'offre Platform as a Service.

oow14-keynote-20140930-45

Il s'agit d'une vaste série de services. Une partie d'entre eux concerne les développeurs, une autre les utilisateurs métiers et enfin pour le reste les administrateurs.

Examinons quelques fonctionnalités.

Commençons par ce que nous faisons pour les développeurs.

oow14-keynote-20140930-46

Nous avons introduit deux nouveaux services :

  • Oracle Instance as a Service
  • Oracle Java Cloud Service

Chacun de ces services vous fournit une instance dédiée.

Ainsi vous obtenez une instance dédié Oracle 11g ou 12c. De même vous obtenez un serveur WebLogic dédié 11g ou 12c.

Nous vous sonnons la possibilité d'utiliser nos logiciels sans avoir tout le travail de mise en œuvre préalable. Ainsi, vous précisez ce que vous voulez que nous sauvegardions et nous le faisons pour vous. Vous précisez ce que vous voulez que nous patchions et nous le faisons pour vous.

Et nous mettons en œuvre des automatismes pour faire tout cela pour vous.

Pour transférer votre base dans notre Cloud, vous pouvez utiliser DataPump ou SQL Loader. Vous pouvez de même déplacer vos applications sur notre Java Cloud Service.

En tan que développeur, vous pouvez bénéficier d'autres services :

oow14-keynote-20140930-47

Par exemple :

  • Source Code Control System
  • Fonctionnalité d'équilibrage de charge
  • Project Tracking
  • Wiki
  • Continuous Build

Tous les outils des développeurs : SQL*Plus, Eclipse, NetBeans, SQL Developper, etc... sont disponibles et l'outil de supervision Oracle Enterprise Manager est également disponible.

Vous pouvez vous demander : comment puis-je utiliser cela aujourd'hui ?

Examinons comment on peut transférer une instance E-Business Suite.

oow14-keynote-20140930-48

In est intéressant de discuter de la façon de mettre en palce une nouvelle application en PaaS. Mais il nous semble qu'il est encore plus intéressant de voir comment on peut déplacer une application existante vers le PaaS.

Voici une configuration d'EBS en service, en mode ON PREMISE :

oow14-keynote-20140930-49

Voici un écran d'EBS :

oow14-keynote-20140930-50

Connectons-nous au Cloud :

oow14-keynote-20140930-51

Consultons la liste des services disponibles sur le Public Cloud d'oracle :

oow14-keynote-20140930-52

Nous pouvons nous concentrer sur deux services : le Database  Service pour la base, et le Compute Service pour le serveur d'applications.

Créons d'abord la base, en précisant la version (Oracle 12c R1 ou Oracle 11g R2) :

oow14-keynote-20140930-53

Précisons la taille de la VM (CPU et mémoire) :

oow14-keynote-20140930-54

Examinons les caractéristiques de la base (possibilité de modifier certains paramètres) :

oow14-keynote-20140930-55

Ecran de confirmation :

oow14-keynote-20140930-56

Liste des services définis et démarrés :

oow14-keynote-20140930-57

Déplaçons les données avec DataPump à partir de la base actuelle (ici avec SQL Developper pour lancer DataPump) et importons ensuite les données dans la base cible :

oow14-keynote-20140930-58

C'est le moment de créer un service WebLogic :

oow14-keynote-20140930-59

REMARQUE : LA SUITE DE LA PARTIE PaaS, LIEE A ORACLE EBS, N'A PAS ETE TERMINEE DANS CE BILLET POUR L'INSTANT.

Autres services Cloud en PaaS

Voici quelques autres services Cloud en PaaS.

Document Cloud Service et Social Network Cloud Service

oow14-keynote-20140930-60

Dans le cas où des échanges ont lieu entre des applications restent dans l'entreprise et d'autres dans le Cloud, il est nécessaire d'utiliser l'Integration Cloud Service.

De même, le Process Cloud Service permet d'interagir entre l'application, le Cloud et les applications restées dans l'entreprise.

oow14-keynote-20140930-61

REMARQUE : LA DEMONSTRATION SUR L'UTILISATION DES SERVICES ORACLE CLOUD ANALYTICS ET DOCUMENTS N'A PAS ETE INCLUSE DANS CE BILLET.

DEBUT A  47mn59.