Accédez au replay du Webinar "Quelle démarche pour votre stratégie de gestion de données ?". Voir le replay

✖︎
Culture Data

La culture Data : partager et organiser la donnée pour faire émerger de nouveaux projets

29/03/2021
Big Data
Données

Cédric Ceuninck, Directeur des Systèmes d'Informations et Organisation chez Digora, revient sur les raisons qui ont motivé la démarche datacentric chez Digora.

Cédric

Cédric

DSIO

Devenir plus datacentric au sein de Digora est un des nombreux aspects liés, de près ou de loin, à la refonte de notre système d’information et au choix, pragmatique, de solutions du marché plutôt que le développement en interne. Ceci dans l’objectif global d’ajouter plus de valeur encore à l’ensemble des services que nous délivrons à nos clients, sur la gestion de leurs bases de données et de façon plus globale à leur data management.

Structurée ou non structurée, la donnée accessible et partagée entre tous

À ce titre, nous avions besoin que les collaborateurs, mais aussi nos clients, partenaires et prestataires aient des moyens accessibles de communiquer, d’échanger et de coopérer. La donnée, bien sûr, en est le pivot. Le chantier a démarré il y a trois ans, autour d’Office 365, pour intégrer Digora au cœur de son écosystème, à travers plus de collaboratif.

Mais la donnée structurée est loin d’être la seule que nous souhaitions mieux explorer. L’ensemble des médias à notre disposition devait être valorisé. Nous voulions également que les collaborateurs aient vraiment la main sur la Data. Seuls eux savent vraiment quoi en faire, selon leurs critères, et dans un monde idéal, sans avoir besoin d’autre chose que l’outil et leurs connaissances.

Certes, tout ce que nous produisons en interne est déjà partagé avec plusieurs de nos clients, à l’occasion des comités de pilotage que nous conduisons avec eux, dans une optique de mesure de la valeur que nous leur apportons.

La data au cœur des projets d’avenir

Mais nous souhaitions aller plus loin. La modélisation de nos datas doit nous permettre d’aller vers plus de prédictif, notamment dans le cadre du maintien en condition opérationnelle des environnements.

Désormais, nous partageons une data construite autour d’un référentiel commun, sur lequel nous développons nos échanges et les projets qui émergeront des axes d’analyses nouvellement créés.

Enfin, dans le cadre de la Digital Fabric (projet d’évolution du système d’informations) de Digora, nous déployons de nouveaux protocoles de mesure de notre efficacité de services et de leur qualité, mais aussi d’évaluation de l’usage de la donnée, au sens large, ainsi que toute la partie sécurité que nous privilégions .

Chaque projet donne déjà naissance à d’autres idées et nous sommes très heureux du chemin parcouru. Adopter des usages nouveaux n’est jamais chose aisée. Cela repose sur un mouvement collectif et progressif, capable d’embarquer chacun à son rythme.

 

Cet article fait partie de notre dossier sur l'acculturation à la Data :

Image de heyerlein sur Unsplash